Suite aux annonces de confinement plus strict faites par le Président de la république et après contact avec le cabinet du Ministère des solidarités et de la santé il nous a été rappelé qu’il n’y avait pas de décision prise imposant la fermeture des cabinets de professionnels de santé libéraux à ce jour. Les professionnels de santé doivent s’imposer le principe de précaution en fonction de toutes les mesures et recommandations en vigueur à ce jour s’ils maintiennent leur activité.

Néanmoins le cabinet du Ministre nous rappelle que si les soins ne sont ni urgents ni indispensables ils doivent être reportés d’au moins deux semaines dans l’attente d’une éventuelle prolongation de la période de confinement strict. Durant cette période les patients considérés comme fragiles ne doivent en aucun cas être traités dans les cabinets ni à domicile.

Pour autant la FNP recommande la fermeture de tous les cabinets de podologie durant la période arrêtée par le Président de la République. En effet les podologues doivent être conscients du risque de contamination qu’ils font courir à leurs patients comme à eux même en poursuivant leur activité. De plus en cas de contamination prouvée leur responsabilité professionnelle pourrait être engagée devant les tribunaux en cas de plainte des patients.

D’autre part L’UNAPL dont la FNP est membre confirme que les podologues en tant que professionnels de santé libéraux seront éligibles à l’indemnisation de 1500 euro forfaitaire mensuelle. Reste à connaître comment va s’appliquer ce dispositif. Nous attendons d’en connaître exactement les détails avant de vous en communiquer les modalités.

Enfin nous portons à votre connaissance que la Carpimko suspend les prélèvements des cotisations entre le 15 mars et le 30 avril.

 

n° appel violence et agression sur professionnels de sante